« Anna Karénine » de Léon Tolstoï

Ecrit le 31/01/2012 par manu ()

Anna Karénine est le grand roman russe de l’adultère. Mais pas seulement. Dans ce roman, plusieurs histoires se côtoient et il est difficile de résumer une telle oeuvre. Bien sûr, on suit Anna Karénine, qui tombe éperdument amoureuse du Comte Vronski, et qui finit par tout abandonner pour vivre sa passion. La réaction des milieux bourgeois de Moscou ne se font pas attendre et condamnent cette femme, qui a fui le domicile conjugal et, surtout son fils adoré, pour rejoindre son amant.
Mais dans cette fresque, Léon Tolstoï se met lui-même en scène au travers du personnage de Lévine (Lev était son prénom en russe), gentilhomme bourgeois et campagnard, qui sera éconduit par Kitty, elle-aussi éprise de Vronski.

Lorsque Cryssilda a proposé une lecture commune de ce classique de la littérature russe, je n’ai pas hésité un seul instant vu qu’il était dans ma PAL. Il n’y sera ainsi resté qu’une petite année, un record pour moi !

Si j’ai aimé ce roman, dont l’intrigue m’a beaucoup plu et dont j’ai trouvé l’écriture étonnamment fluide et agréable pour un classique, je dois quand même admettre que certains passages m’ont semblé fastidieux. Heureusement que la simplicité de style de Tolstoï, qu’il voulait accessible au plus grand nombre, a facilité ma lecture dans ces moments-là. Il faut dire que l’intrigue principale, qui concerne Anna Karénine, est assez souvent éclipsée par le personnage de Lévine, ses pensées et ses tracas. Au travers de ce personnage, Tolstoï évoque ses idées, ses théories, ses questionnements et tout ce qui concerne ses pensées. C’est ainsi que de nombreuses pages sont consacrées à l’agriculture (Tolstoï lui-même était un propriétaire terrien), aux élections, à la politique, à la corruption, aux luttes de pouvoir, aux courses équestres, à la chasse (beurk), à la philosophie, à l’art et aux questionnements religieux (qui préoccupèrent beaucoup l’auteur à cette période) La dernière partie m’a paru interminable, la partie de trop. Plus question de l’affaire  Anna Karénine, qui s’est terminée dans la partie précédente, mais Tolstoï se positionne sur la guerre en Serbie, ce qui lui vaudra le refus de publication de cette dernière mouture dans Le messager russe qui publiait jusque là le roman sous forme de feuilleton.
Bref, selon moi, le récit aurait pu être facilement diminué de quelques centaines de pages.

Cela dit, à part les dernières pages, cela n’a pas vraiment gêné ma lecture car comme je le disais, le style de Tolstoï est simple, fluide et des plus agréables à lire. Il ne m’est pas apparu désuet comme certains classiques du répertoire anglais ou français. Il faut dire que l’auteur, fervent défenseur de l’éducation des paysans et lui-même ayant créé une école pour eux, avait à coeur de rédiger dans une langue à la portée de tous. Cette idéologie se voit d’ailleurs défendue par Lévine.
Pour en revenir au style, j’ai aussi été marquée par le côté froid, clinique et sans émotion de la narration. Alors qu’il raconte une histoire de passion, d’adultère et d’aveuglement amoureux, Tolstoï fait très peu passer les émotions. Du moins, le lecteur ne les ressent pas ou peu. Ainsi à aucun moment, je n’ai eu d’empathie pour Anna ou je n’ai compris son engouement. Pourtant, à plusieurs reprises, l’auteur décrit les sentiments des uns et des autres mais tout cela reste distant du lecteur. De même lorsqu’il dépeint un accouchement, la maladie ou pire, la mort.

Une autre difficulté pour le lecteur francophone réside dans les noms. Tolstoï nomme ses personnages une fois par leur nom complet, une fois par leur surnom, ce qui peut créer des confusions. Mais je me suis assez vite bien débrouillée dans cet embrouillamini, même si parfois je devais réfléchir à qui se cachait derrière tel nom.

Il reste que Anna Karénine est un grand roman, magnifique dans sa conception, ses mises en situation et ses descriptions de la Russie moscovite et peterbourgeoise. Anna Karenine est une femme superbe et impressionnante, admirable dans sa volonté de suivre ses choix mais qui devient agaçante quand elle ne veut plus agir. Elle se transforme alors en une de ces femmes capricieuses et jalouses et crée elle-même son propre malheur par manque de discernement. Vronski est lui-aussi un personnage ambigu et bien souvent mal jugé. Deux forts caractères, dont l’amour passionnel se paiera cher dans une Russie prompte à juger.

Un roman dont il y aurait tellement à dire, que je suis ravie d’avoir lu et que j’ai beaucoup aimé.Mais il reste une oeuvre exigeante. Je ne suis pas sûre de lire le reste de l’oeuvre de Tolstoï car je crains que ce qui m’a le moins plu dans Anna Karénine ne soit davantage présent.

Keisha l’a lu et pour la lecture commune, cliquez sur le beau logo :

Il s’agit aussi de ma première participation au challenge Gilmore Girls organisé par Karine:)

1/3

Related Posts with Thumbnails

Flux RSS des commentaires

Il y a 66 commentaires sur ce billet

  1. keisha dit :

    Laisse passer un peu de temps, et vois pour Guerre et paix, même si là encore des passages te sembleront longuets, mais quel roman! des passages superbes!
    Pour les noms, j’ai trouvé Tolstoi « moins pire » que Dostoievsky!On s’y fait quand même. Anna ne m’a pas non plus fait telelment vibrer, mais relis son apparition (assez tardice finalement) dans le roman, à la gare, et vers la fin sa dernière promenade en voiture, si woolfienne justement avec ses réflexions intérieures et son observation de la rue.

    • manu dit :

      Oui, il y a des passages magnifiques, mais pas d’émotions !
      Pour Guerre et Paix, le sujet ne m’emballe pas mais qui sait, dans quelques années ?

  2. Lu il y a bien longtemps. Je partage ton avis. Je me souviens moi aussi d’avoir passé pas mal de pages sur la modernisation de l’agriculture!

  3. Mango dit :

    Malgré les quelques longueurs qui m’ont un peu plus freinée encore dans G&P, quel roman magnifique! Tu as raison d’insister sur le style si simple , clair et fluide de Tolstoï; ça m’a toujours impressionnée aussi.

  4. Gwenaëlle dit :

    Là, tu me fais la grosse piqûre de rappel « auteurs russes » que je ne connais quasiment pas… Aïe! ;-)

  5. Un très bon souvenir de lecture de mon adolescence. J’avais beaucoup moins aimé « Guerre et paix ».

  6. Axl dit :

    Ca c’est LE bouquin que j’aime ouvrir au hasard. Y a un moment que je l’ai lu mais c’est dans les longues descriptions de la réalité agricole, économique, politique que je prends mon pied :p Oui, rien que pour ça ce roman me convient bien.

  7. emmyne dit :

    Oh, lu il y a… le premier roman de Tolstoï et le premier de littérature russe pour moi, une grand souvenir. Je ne me souviens pas avoir trouvé l’écriture froide, mais c’est vrai que j’étais peut-être trop jeune, totalement prise par la lecture, et pourtant je me souviens des passages que cite Keisha.
    Je ne sais pas si j’oserai le relire, de peur de perdre ses impressions.

    • manu dit :

      Mais je n’ai pas dit que les passages n’étaient pas beaux ! Mais qu’on n’était pas ému par le destin de cette femme ! Ou qu’on ne ressentait pas les émotions. L’âge doit aussi jouer, c’est évident !

  8. Petite Fleur dit :

    Peut etre me laisserai-je tenter par « Guerre et Paix » si le style reste abordable. L’histoire d’Anna ne m’attire pas trop en fait.

  9. Violette dit :

    je suis d’accord avec toi pour les noms propres! mais quel univers ! j’avais adoré!

  10. Hebelit dit :

    Ah ben maintenant que tu explique le pourquoi du comment de la dernière partie, je comprends mieux !! là je me suis franchement demandé ce que le petit pére Tolstoï voulait faire passer comme message !!!

  11. Jules dit :

    J’ai une centaine de pages lues et je dois moi aussi dire que je suis surprise par la fluidité du texte! Même chose chez moi, les différents noms mélangent tout!! J’ai même pensé tenir une liste…

  12. Syl. dit :

    Lu il y a très longtemps ! Si j’ai aimé l’écriture, je n’ai pas aimé le personnage d’Anna, superficielle ou trop femme…

  13. niki dit :

    je me demande si je vais apprécier ? ;)

  14. -Perrine- dit :

    Je l’ai lu il y a environ 3 ans (très longtemps pour moi), et j’en garde un souvenir de longueurs…….. mais malgré ça, paradoxalement, j’avais adoré. Peut-être étais-je trop jeune à cette époque pour aborder une telle oeuvre, mais me retrouver dans ce monde russe, dans cette société et ces tracas propres au cadre, mêlée à toutes ces intrigues, m’avaient complètement grisée ; j’avais décroché par instants, mais comme tu le soulignes, c’est une grande oeuvre, une fresque impressionnante et passionnante !!

    • manu dit :

      Lire des classiques trop jeune nous fait passer à côté de certains aspects, c’est évident. Mais en même temps, il nous fait en apprécier davantage d’autres je pense. Des aspects qu’on est moins capable d’apprécier plus tard. Mais c’est vrai que parfois certains faits historiques ou politiques peuvent nous échapper complètement !

  15. sylire dit :

    Je le lirais bien en audio, un de ces jours car je ne sais pas si j’aurai le courage autrement.

    • manu dit :

      Tiens oui, la forme audio doit être une bonne idée mais je me demande combien de temps il doit durer ? :-o

  16. DeL dit :

    Jamais lu Tolstoï…mais je compte bien remédier à ça !

  17. kathel dit :

    Je me souviens globalement de l’histoire, de très beaux passages, mais pas plus… ma lecture commence à dater, mais je ne pense pas le relire.

  18. sybille dit :

    Je dois d’abord lire Guerre et paix mais pourquoi pas celui là après :)

  19. prune dit :

    C’est peut-être aussi parce qu’on connaît plus ou moins l’histoire d’Anna avant de lire le roman, qu’on s’y intéresse moins. Du coup, en découvrant le roman je m’étais beaucoup plus intéressée à Kitty et Levine. Mais comme toi, je ne me suis toujours pas attaquée à Guerre et paix. Ca reste un projet pour de grandes vacances !

    • manu dit :

      Oui, c’est vrai que savoir comment ça va se finir peut gêner. Cependant, j’ignorais quand même beaucoup de chose.

  20. valeriane dit :

    Je les ai trouvés trèèèès torturés ces personnages!
    Comme toi, j’ai été aussi un peu larguée dans les passages plus « sociaux » et les tergiversations de Levine.
    Mais ça reste une très belle lecture!

  21. Tiphanie dit :

    J’ai beaucoup apprécié ce roman, j’ai été impressionnée par l’héroïne mais aussi par l’écriture de Tolstoï, il décrit les choses avec beaucoup de minutie sans pour autant lasser son lecteur. Le seul hic comme toi ce sont les noms, et ça me fait ça chaque fois que je lis un roman russe, je n’arrive JAMAIS à les lire en entier (les noms pas les romans)

  22. Sara dit :

    Je suis dans Crime et Chatiment de Dostoievski et pour les noms, c’est un peu galère ! J’ai lu Anna Karenine il y a longtemps mais j’aimerai bien le relire prochainement. J’ai le souvenir d’une écriture admirable ! Et puis, j’adore le personnage de Lévine :-)

  23. choupynette dit :

    j’avais envie de m’y lancer, mais ce mois de janvier n’aura pas été très propice à mes lectures. Je le lirai… mais plus tard!

  24. sylire dit :

    Je suis allée voir combien de temps en audio : 33 h. Ca va…
    j’ai lu David Copperfield : 42 heures !

  25. Titine dit :

    J’avais adoré « Anna Karénine » et j’en étais ressortie enchantée. J’ai lu l’année dernière « Guerre et paix » et comme toi j’avais très peur du sujet. Au final je ne me suis pas ennuyée une seconde. L’écriture de Tolstoï est un régal absolu !

  26. Dominique dit :

    J’ai lu ce roman beaucoup trop tôt et du coup j’ai sauté allègrement les passages qui n’avait pas trait à l’amour d’Anna
    Relu « normalement » ensuite j’ai beaucoup aimé le personne de Lévine qui reflète si bien les pensées de Tolstoï
    un roman relu plusieurs fois depuis sans jamais me lasser et je ne peux te dire que la même chose que Keisha, Guerre et paix cela vaut la peine malgré les longueurs sur les batailles, c’est un roman monde

    • manu dit :

      Le personnage de Lévine m’a souvent énervée je dois l’avouer. Avec ses questionnements et ses opinions qui vont et viennent. Et surtout, son inaction !
      G&P, ce sera pour dans quelques années peut-être.

  27. Anne dit :

    Je l’ai lu il y a un certain temps (!) j’avais dévoré et adoré le livre, mais j’ai les mêmes appréhensions vis à vis de Guerre et paix, et en même temps l’envie de le lire un jour !! Je vais écouter maman Keisha, toujours de bon conseil.

  28. je passe mon tour, les classiques, c’est pas trop mon truc …

  29. Kikine dit :

    J’ai déjà lu quelques Tolstoi et j’ai aimé le style mais je ne me suis jamais attaquée à Anna Karenine … un jour fort probablement

  30. Mélo dit :

    Ouhlala, je n’ai pas le courage de le lire pour le moment !

  31. Lilly dit :

    Contrairement à toi, je ne me prive pas de la possibilité de sauter des pages quand je m’ennuie, donc ça me rassure un peu. Je n’ai jamais lu un roman de Tolstoï. J’avais commencé « G&P » il y a deux ans, et j’adorais, mais j’avais dû m’arrêter pour cause de surcharge de travail. Il faut absolument que je saute le pas un jour !

  32. Christine dit :

    Je l’ai racheté il y a quelques mois et il attend patiemment dans mes livres pas encore lus mais il me tarde de le faire

  33. Cryssilda dit :

    oui cette dernière partie m’a semblée bien inutile à moi aussi… et j’ai eu un peu de mal également avec les réflexions psychologiques de Lévine… mais, ça mis à part, j’ai trouvé ce pavé bien fluide et très facile à lire !
    Par contre, je n’ai pas trouvé que Tolstoi ne faisait pas passé les émotions, par exemple lors de la naissance du fils de Lévine ou la mort de son frère, j’ai trouvé l’atmosphère bien tendue !

    En tous cas, un grand merci pour ta participation ! :)

    • manu dit :

      Oui, étonnante cette fluidité à laquelle je ne m’attendais pas non plus. Oui, il y avait de l’émotion mais tellement peu rendue. Cet aspect m’a un peu déçue.

Laisser un commentaire sur cet article

Theme FREEmium modifié par WebDevCat